Responsable e-Business

LES POINTS A RETENIR IMPERATIVEMENT 

  1. Maîtrise des leviers e-marketing ; affinité avec les nouvelles technologies
  2. Réactivité ; capacités d’adaptation
  3. Qualités d’analyse et de synthèse
  4. Aisance relationnelle indispensable
  5. Maîtrise de l’anglais

ROLE ET MISSIONS

Le Responsable e-business pilote les ventes réalisées en ligne ou dans certains cas hors ligne. Il réussit l’alliance entre consommation offline, et consommation online : comment gérer le SAV, les stocks et la sécurité des paiements sur internet, tout fournissant aux internautes et consommateurs, un comparateur de prix efficace et des avis clients. C’est également lui qui gère les leviers e-marketing de l’entreprise, il doit donc être attentif à tout retour sur investissement, et à ce que chaque outil peut rapporter individuellement. Il participe par ailleurs à l’ensemble de la stratégie digitale : création / refonte du site par exemple.

FORMATION / EXPERIENCE

Le profil correspond à des candidats de formation supérieure en commerce/marketing (de type ESC, DESS E-business/ NTIC, MBA) justifiant généralement d’une expérience de 4 ans minimum en gestion de projet au sein d’agences de communication interactive, de départements webmarketing en entreprise ou issus de chez des « pure players » (éditeurs de sites marchands). Le métier étant relativement nouveau, des profils plus atypiques à forte dimension entrepreneuriale peuvent occuper ces fonctions.

EVOLUTION ET TENDANCES

Le métier se professionnalise accompagnant ainsi la forte croissance du marché e-commerce. L’offre de formations spécialisées NTIC ou E-business est abondante, mieux encadrée et reconnue. La rareté des profils expérimentés continue de jouer sur l’inflation des salaires. Ce métier est de plus en plus stratégique au sein des entreprises, elles prennent conscience de l’impératif de créer des départements dédiés et de recruter en externe des profils ayant cette expertise. La tendance générale correspond à un marché de création de postes, l’objectif est d’avoir moins recours à des prestations externes jugées onéreuses mais également de maîtriser leur stratégie digitale.

TYPOLOGIE D’EMPLOYEURS

Les employeurs concernés en priorité sont ceux donc l’activité bascule très fortement sur le web. Les principaux secteurs sont :

■ le voyage-tourisme,

■ la bancassurance,

■ la distribution.

Plus largement, l’ensemble des secteurs est concerné car Internet génère du trafic dans les réseaux de distribution traditionnels et prépare fortement l’acte d’achat du consommateur.

INTERNATIONALISATION

Internet a fortement accéléré l’internationalisation des entreprises, quelle que soit la taille des structures (y compris les TPE). Le Responsable e-business est concerné en priorité par l’ouverture de nouveaux marchés sans nécessairement effectuer de déplacements.

REMUNERATION

Expérience : débutant = 30 / 40 K€

Expérience : 5 ans = 45 / 55 K€

Expérience : 8 ans = 60 / 70 K€

Expérience : 10 ans et + = 80 / 120 K€

 

Ci-dessus : Interview de Bertrand Boré, Directeur e-Business Generali France Assurances

Sources : Le nouveau guide des métiers 2010, Michael Page International ; dailymotion


Responsable SEO

Les cinq points à retenir impérativement: 

  1.  Le SEO Management est un métier en constante évolution.
  2.  Les moteurs de recherches  font tout pour que les internautes ne soient pas lésés.
  3.  Ne pas être sur les trois premières pages est une erreur stratégique.
  4. Essayer de flouer un moteur de recherche peut entrainer des pénalités (Blacklist).
  5. Le contenu est toujours plus important aux yeux des moteurs de recherches
Définition
Etre vu pour être lu… Le référenceur occupe une place essentielle et stratégique. En effet, l’audience d’un site dépend essentiellement de son référencement sur les annuaires et les moteurs de recherche. Le référenceur a pour objectif d’accroître la visibilité et l’audience des sites Internet tout en rendant plus accessibles les différentes informations aux internautes.

Compétences

  • Connaissances du fonctionnement des moteurs de recherche et annuaires
  • Maîtrise des outils de statistiques (Google Analytics)
  • Outils de référencement naturel et payant et générateurs de mots clés (Google Adwords)
  • Connaissances en webmarketing
  • Langages de programmation (HTML, CSS)
  • Connaissances des bases de données

Missions

  • Analyser le positionnement du site et déterminer ses besoins
  • Effectuer un benchmark concurrentiel
  • Effectuer un travail de référencement naturel (optimiser le contenu du site, les balises HTML, créer des mots clés, des titres, des descriptions pertinentes)
  • Assurer le suivi du référencement via des outils statistiques et de mesure d’audience
  • Soumettre le site à des annuaires, effectuer un travail de netlinking et de backlinking
  • Créer des campagnes de référencement payant

Evolution possible

Le référenceur peut se diriger vers des fonctions d’e-marketing, telles que celle de chef de projet, au sein d’une web agency, d’une agence conseil en communication ou d’un site e-commerce.

Grille des salaires (moyenne)

  • Junior entre 18 000 et 24 000€ par an.
  • Senior de 30 000 à 40 000€ par an.

Le Webplanner

LES CINQ POINTS À RETENIR IMPÉRATIVEMENT :

  1. Avoir le sens de la négociation
  2. Etre créatif
  3. Aimer le travail en équipe
  4. Savoir maitriser un budget
  5. Avoir le sens commercial

Son rôle

Comme pour le médiaplanning traditionnel, l’intervention d’un webplanner débute par une phase d’analyse : il s’agit de définir une campagne répondant à la problématique de l’annonceur, en s’appuyant sur son budget et sur la cible qu’il souhaite atteindre. Dans l’univers du Web, il s’agit de sélectionner les meilleurs sites en termes de profil des visiteurs, de fréquentation et de contenu. Mais cette fonction comprend aussi une partie commerciale : il faut en effet présenter la campagne au client et le convaincre de son bien-fondé, mais aussi négocier les tarifs des emplacements publicitaires (bannières, pop-up, partenariats). La campagne est ensuite réalisée (ou adaptée à partir d’une campagne classique) par une équipe de créatifs (infographistes, concepteurs-rédacteurs…). Le webplanner supervise la mise en ligne effectuée par les traffic managers des sites concernés. Mais la mission du webplanner n’est pas finie pour autant : il doit en effet procéder au suivi et à l’optimisation de son plan, c’est-à-dire l’ajuster en fonction des données statistiques (notamment le taux de clics) transmises par les traffic managers. Sens de la négociation et intuition.
Ses compétences et qualités requises

Ce métier implique un bon sens de la négociation et de l’intérêt pour l’innovation (notamment pour les logiciels de suivi qui se perfectionnent en permanence). Elle demande aussi du goût pour le travail en équipe et une certaine intuition dans la mesure où, la publicité en ligne étant relativement récente, les outils ne sont pas forcément fiables à 100 %.

Formation

Il faut viser au minimum un bac + 2. Le choix se fait entre un BTS communication des entreprises ou le DUT information-communication option publicité qui constituent des tremplins vers ce métier. Une spécialisation est ensuite possible en choisissant une Licence Pofessionnelle (bac+3) : par exemple, la LP marketing et commerce sur internet ou les métiers de l’e-business option marketing (Université d’Evry).

Il est possible de se former aussi dans une école de commerce comme NEGOCIA ou encore l’ISCOM qui prposent respectivement un bachelor ou un titre certifié bac+4.

A bac+5 de nombreux masters professionnelles existent dans le domaine de la communication et du marketing. On peut citer le Master recherche spécialité marketing et stratégie (Dauphine Paris IX), me Master pro spécialité management de la culture et des médias (Science Po Paris), le Master Pro humanités mention management interculturel et communication spécialité marketing, publicité et communication, média et médiatisation (CELSA Paris IV). Ainsi que tous les diplômes des grandes écoles comme (HEC, ESSEC, ESCP etc. Les recruteurs sont particulièrement à la recherche de ce genre de diplômes.

Rémunération

Le salaire moyen annule s’élève de 35 000€ à 45 000 €.


Responsable Gouvernance Internet

LES POINTS A RETENIR IMPERATIVEMENT 

  1. Vue macroscopique des enjeux business court et moyen termes
  2. Maîtrise des enjeux techniques
  3. Forte culture Internet
  4. Capacité à dialoguer et à faire adhérer à de bonnes pratiques des interlocuteurs différents (DG, DSI, DirCom)

RÔLE ET MISSIONS  

Il s’agit de la bonne gestion du média Internet. Cette fonction regroupe des activités parfois déjà existantes au sein de différents services (Direction de la communication, Direction des Systèmes d’Information…) pour les coordonner et leur donner les moyens (humains et matériels) d’une veille active et si nécessaire d’un système de prévention et d’alerte.

En effet, cela comprend plusieurs aspects à développer en fonction de l’activité de l’entreprise :

■ gestion administrative des noms de domaines (stratégie et charte interne de nommage…),

■ traitement des problèmes d’atteinte à l’image (fuite d’informations, commentaires hostiles…),

■ veille et prévention des menaces liées à la cybercriminalité (fraude, escroquerie…).

Si l’on devait le résumer en une phrase, le rôle du Responsable Gouvernance Internet est donc de protéger l’image et la sécurité de l’entreprise, sur Internet.

FORMATION / EXPERIENCE

Dans ce type de poste, l’expérience prévaut : le candidat devra justifier d’une dizaine d’années d’expérience, acquises au sein d’une Agence, de la Direction Internet d’une entreprise ou bien d’un site marchand.

Une formation initiale supérieure technique (Ingénieur, Master SI) est souhaitée.

Ce poste ne s’adresse donc pas à de jeunes diplômés.

EVOLUTION ET TENDANCES

Ce poste correspond à la consolidation de différentes activités présentes depuis quelques années au sein des entreprises. Ce besoin d’une vision globale est nécessaire pour réagir en temps et en heure face à l’augmentation des fraudes et tentatives d’escroqueries sur Internet (phising, détournement de nom de domaine…) et à une exposition croissante des marques sur les réseaux sociaux, les blogs…

TYPOLOGIE D’EMPLOYEURS

Les employeurs sont actuellement essentiellement de très grands groupes, type CAC 40 ou bien des sociétés nécessitant une grande vigilance par rapport à leur image. L’évolution se fera demain vers tout type de structure affichant une forte visibilité Internet (public, parapublic et secteur privé).

INTERNATIONALISATION

La dimension du poste est liée au caractère international ou pas de la société.

REMUNERATION

Selon expérience : 60 / 75 K€

 

Sources : Le guide des nouveaux métiers 2010, Michael Page International ; www.metiers.internet.gouv.fr 


Le Responsable en Référencement

LES CINQ POINTS À RETENIR IMPÉRATIVEMENT :

1.    Le référencement naturel est un métier à part entière: on ne s’improvise pas référenceur du jour au lendemain. Néanmoins il y a des règles de base à connaitre.

2.    Google représente 90% des recherches web en France, c’est donc le moteur de recherche à cibler en priorité sur un public Français.

3.    Le travail de référencement commence dès la création du site web! Le choix des titres/mots clés/nom de domaine/liens, structure du site, balises, est primordial pour son référencement

4.    Plus le nom de domaine est ancien, mieux il sera référencé (sauf en cas de black list: c’est à dire de site banni par google)

5.    Le Responsable en Référencement est également gestionnaire car il est souvent indépendant!

Son rôle

Garantir le placement des sites internet en tête de liste des résultats de moteur de recherche afin d’augmenter le trafic vers le site internet de l’entreprise qui l’emploie.
Ses compétences et qualités requises

Le responsable référencement possède à la fois des connaissances

  • en marketing,
  • sur les moteurs de recherche et sur les langages de programmation web.
  • le comportement des internautes.

Réactif, rigoureux, autonome, le responsable de référencement doit être capable de travailler en équipe et de gérer la pression que peuvent exercer sur lui certains clients exigeants. La clé de sa réussite réside dans son ingéniosité et sa capacité à trouver toutes les astuces nécessaires au meilleur référencement.

Ses tâches principales

  • Optimiser le contenu, la structure, le code d’un site pour augmenter sa popularité en terme de liens (page rank)
  • Effectuer une veille des pratiques des concurrents afin de s’en inspirer et des tendances du secteur.
  • Connaître les règles de fonctionnement des moteurs pour rédiger les cahiers des charges
  • Acheter des mots-clés dans le cas d’un référencement payant
  • Suivre les statistiques des pages du site et anticiper les requêtes des internautes
  • Définir les recommandations de référencement qui seront transmises aux techniciens pour leur mise en œuvre

Formation

Les profils les plus demandés sont :

  • soit des experts autodidactes reconnus par leurs pairs
  • soit d’anciens webmasters
  • soit des chargés de référencement préalablement formés en agence

Compte tenu du large panel de compétences requis, et de la jeunesse du métier, aucun diplôme particulier n’est réellement requis par les employeurs. Un diplôme sanctionnant des études supérieures en informatique, ou en marketing multimédia est néanmoins indispensable pour les profils juniors.

Rémunération

La fourchette des rémunérations est très variée, les employeurs manquant de références dans ce domaine. Dans la pratique, elle s’étend de 24 k€ bruts annuels pour des profils juniors, à 55 k€ pour des profils seniors.

Les rémunérations pour ces profils très spécialisés et de plus en plus demandés sont en nette hausse compte tenu de la rareté actuelle de ces compétences sur le marché.

 

(sources: imaginetonfutur.com, apec.fr)


L’Architecte en Système d’information

 

LES CINQ POINTS À RETENIR IMPÉRATIVEMENT :

1.    Les Architectes SI ont au 5 à 10 ans d’expérience en temps que Chef de Projet.

2.    La Rémunération est très attractive.

3.    Seul les grosses sociétés proposent ce poste là

4.    Les compétences en informatique seule ne suffisent pas

5.    La maitrise de l’anglais est indispensable

Son Rôle:

  • L’analyse de l’existant, des besoins métiers, des flux de données et leur traduction en solutions informatiques
    • La définition des normes et des procédures
  • La préconisation du matériel technique à acheter et des développements à effectuer
  • Le suivi et l’encadrement des équipes de développement
  • La vérification de la cohérence de la solution
  • La veille technologique

Ses compétences et qualités requises

L’architecte en systèmes d’information doit posséder différentes connaissances telles que :

  • La conception et la modélisation du SI
  • Les principaux systèmes d’exploitation (Windows, Linux, Unix…)
  • Les protocoles réseaux et les normes de sécurité
  • Les normes et les méthodes de développement
  • La conduite de projet

Pour arriver à ses fins, l’architecte en SI doit aussi compter sur ses qualités humaines, notamment :

  • La capacité à animer une équipe
  • La rigueur et le sens de l’organisation
  • La persuasion
  • La facilité d’adaptation
  • Le goût du contact

Ses tâches principales

L’architecte en systèmes d’information (SI) a pour mission de définir ou de faire évoluer l’architecture technique du système d’information de l’entreprise en tenant compte de ses besoins métiers actuels et futurs

Rémunération

La rémunération d’un jeune architecte en SI est comprise entre 45 et 60 000 euros. Après plusieurs années à ce poste, il peut gagner en moyenne entre 65 et 85 000 euros.

(source: cadresonline.com)


L’Ergonome

Ergonome - Métiers du Web

Source: Journal du Net / Betty Barlet-Bas

Les cinq points à retenir:

  1. Améliore l’expérience de navigation d’un visiteur sur un site web
  2. Se mettre à la place du visiteur d’un site web
  3. Travaille avec différents corps de métier au sein d’une entreprise
  4. Créatif
  5. Ingéniosité

Définition:

De manière générale, l’ergonome ou webergonome se charge d’améliorer l’interaction entre l’Homme et la machine, autrement dit l’ordinateur. On peut aussi parler « d’expérience utilisateur » ce qui permet d’améliorer l’information donnée aux visiteurs d’un site pour un maximum d’efficacité. Il peut aussi mettre en place différentes versions d’une page ou d’un emailing par exemple, pour voir celle qui performe le plus (A/B Testing). Il travaille en collaboration avec le webmestre, le webdesigner, les équipes éditoriales pour la création du site Internet par exemple. Ses compétences sont aussi recherchées par les services webmarketing quand ils ont plusieurs informations à faire circuler sur un site web ou une newsletter.

Compétences:

  • Doit s’adapter à l’univers de l’entreprise pour laquelle il travaille
  • Compréhension des besoins des visiteurs d’un site
  • Connaissances des langages de programmation (HTML, PHP…)

Missions:

  • Analyse les besoins
  • Participe à l’élaboration de la charte graphique d’un site
  • Élabore des phases de tests (A/B Testing)

Evolution possible:

Le webergonome peut par la suite s’orienter vers des postes plus artistiques comme Directeur artistique ou à la Direction de conception des sites web.

Rémunération:

Les salaires en début de carrière sont assez variables selon les missions de l’ergonome mais peuvent s’étendre entre 25 000€ et 32 000€ brut par an.


Le développeur web

 

 

 

 

 

 

Raphaël Michel

Développeur Web

Pour plus d’information : www.from-scratch.fr

 

LES CINQ POINTS À RETENIR IMPÉRATIVEMENT :

1.    La maîtrise de l’anglais est importante car de nombreux programmes utilisent cette langue

2.    Etre curieux, se tenir informé des nouvelles normes, procédures, etc. est primordial

3.    Les horaires sont variables, travail de nuit en cas d’urgence

4.    Possibilité de devenir développeur avec un diplôme cycle court, dès BAC +2

5.     Beaucoup de débouchés sont possibles : chef de projet, expert technique, etc.

Son rôle

Un développeur réalise un cahier des charges fixant les besoins des utilisateurs et décrivant les solutions techniques envisagées. Pour écrire un programme il utilise des logiciels prêts à l’emploi qu’il adapte aux besoins spécifiques du projet, ainsi il doit connaître plusieurs langages informatiques.

Il est donc nécessaire de se tenir informé régulièrement des nouvelles normes,  procédures de sécuri0té et d’outils de développement. Il doit donc maitriser l’utilisation des langages de programmation (Java, C++, PHP…), des services Web ou encore des serveurs d’applications. Dans le multimédia, des compétences spécifiques sont requises. Avoir un bon niveau d’anglais est indispensable car de nombreux programmes utilisent cette langue.

Ensuite, il réalise les notices techniques d’installation, ainsi que les guides pour les utilisateurs. Il est parfois amené à apporter à ceux-ci un soutien technique ou à les former à l’application. En l’absence de technicien de maintenance en informatique, il peut assurer lui-même le suivi de son produit.

Les conditions de travail impliquent parfois des horaires difficiles (travail de nuit en cas d’urgence). Si vous voulez effectuer ce métier, il est donc préférable d’être disponible.

Ses compétences et qualités requises

Un développeur doit essentiellement être très polyvalent, maitriser plusieurs langages web, être assez curieux, se tenir informer des nouvelles technologies et être autonome pour mener à bien les projets.

Ses tâches principales

Au quotidien, le développeur est chargé de :

  •   Définir une solution technique pour les futures applications
  •   Créer des prototypes
  •   Programmer tout ou une partie des logiciels
  •   Réaliser les interfaces
  •   Construire des bases de données
  •   Elaborer des protocoles d’essai
  •   Tester et supprimer les erreurs afin que le logiciel fonctionne parfaitement
  •   Effectuer de la maintenance
  •   Former des utilisateurs et apporter un soutien technique
  •   Réaliser des notices techniques et guides d’installation

Salaire

Les salaires varient en fonction du niveau de formation et de l’entreprise dans laquelle vous êtes présente. En début de carrière un développeur peut compter sur un salaire 15 000 à 20 000€ nets par an. Un salaire de 30 000€ nets par an est possible par la suite.

Formation

Un développeur peut venir de plusieurs formations telles que :

–           BTS informatique option développeur

–           DUT informatique

–           Licence ou Master d’université (Dijon, Besançon, etc.)

–           Diplômes d’ingénieurs (EPITA, ISEP, IST, INSA, etc.)

–           Master spécialisé Ingénierie du logiciel

Débouchés

A terme, un développeur peut devenir chef de projet mais ils peuvent aussi évoluer vers l’expertise technique, l’encadrement ou le commercial.

 

 


Le juriste d’entreprise

Cet article a pour objectif de décrire le métier de juriste d’entreprise. Nous allons ainsi aborder ce sujet à travers différents thèmes qui nous permettrons de mieux cerner les pré-requis et la fonction de juriste d’entreprise.

 

Rôle et missions

Depuis quelques années, le rôle du juriste d’entreprise s’est affirmé et développé. Les services juridiques apparaissent plus ou moins importants selon la taille de l’entreprise. Ainsi, si vous travaillez dans une grande entreprise (plus de 300 à 400 personnes), vous pouvez effectuer des tâches variées de conseil, de documentation, d’administration ou faire partie d’un secteur juridique spécialisé, en tant que responsable du département des marques et brevets par exemple. De même, ce type de société peut s’adresser à des cabinets de conseil pour des affaires très spécialisées. Les petites et moyennes entreprises, quant à elles, n’ont pas toujours les moyens d’avoir un juriste à demeure et font également appel à ces cabinets de conseils ou à des cabinets d’avocats. Quel que soit le lieu d’exercice, le juriste d’entreprise est le consultant permanent de l’entreprise pour les questions commerciales, financières et techniques. Son rôle s’est accru avec l’ouverture des marchés sur l’international et la complexité des lois et des règlements. Car, vous l’avez compris, le droit représente une véritable arme de négociation mais aussi de protection. En tant que juriste, il peut vous être confié des tâches généralistes mais aussi des missions plus spécialisées selon la taille de l’entreprise. Ainsi, le juriste doit se tenir informé de l’évolution de la législation en droit commercial, droit du travail, droit des contrats, etc. Il a également un rôle de conseil, d’assistance et de prévention auprès de la direction, des responsables opérationnels et de la clientèle. Il peut assurer les relations extérieures de l’entreprise avec des organismes professionnels ou être en liaison avec des experts ou avocats… Ce métier fait donc appel à diverses qualités dont la rigueur mais aussi la faculté de communication. Il ne s’agit plus de  » bûcher  » ses dossiers, encore faut-il être un véritable négociateur.

De nouvelles fonctions sont apparues avec le développement de problèmes de droit plus spécifiques et la complexité croissante des cas. C’est pourquoi, le juriste d’entreprise peut aussi être un spécialiste : dans le domaine du droit des contrats ou dans celui de la protection de la propriété industrielle, en droit international ou en droit de l’environnement, etc.

 

Compétences et qualité requises

Il faut être armé d’une solide formation juridique, complétée dans l’idéal par une formation commerciale et/ou un diplôme de langue (reportez-vous à la troisième partie de ce guide). On estime qu’un juriste est véritablement opérationnel après trois à cinq ans d’expérience professionnelle. Outre la connaissance d’une, voire deux langues étrangères, le juriste doit acquérir un esprit de rigueur, de synthèse et d’analyse.

Capacités rédactionnelles, habileté dans les négociations, rapidité, ouverture d’esprit et sens du travail en équipe : telles sont les qualités attendues d’un bon juriste. Toutes ces qualités s’acquièrent au fil des années avec l’expérience.

 

Formation


Pour exercer cette profession, il faut avoir une formation supérieure en droit (DEA, DESS ou doctorat). En banque d’affaires, la formation juridique est très souvent complétée par un diplôme supplémentaire (école de commerce, IEP…). Une expérience de dix années minimum est nécessaire en qualité de juriste bancaire, de juriste d’affaires ou de juriste contentieux. Elle peut être acquise soit au sein de la banque avec un avancement obtenu par promotion interne, soit au sein d’une banque concurrente en bénéficiant d’un recrutement latéral. Les juristes ayant une expérience importante en cabinet, et même des magistrats, peuvent également être retenus pour assurer cette responsabilité.

 

Rémunération

La détermination du salaire dépend de la taille de l’entreprise, de l’expérience et de la spécialisation du juriste. En général, un cadre débutant percevra un salaire allant de 18292 à 22865 euros par an. Pour les cadres expérimentés, la fourchette est de 38109 à 60975 euros annuels. Directeur juridique en banque :
Ce poste peut avoir différentes dénominations : directeur juridique, directeur juridique et du contentieux, directeur des services juridiques ou des affaires juridiques et du contentieux. D’une manière générale, le directeur juridique assure la sécurité juridique de l’ensemble des opérations initiées par le réseau commercial et/ou les différents services opérationnels. Il a également la responsabilité de l’ensemble des dossiers contentieux. En fonction de l’importance du service qu’il supervise, il assure une mission d’animateur d’équipe et d’organisateur. Ainsi, dans les banques commerciales il met en place et répercute l’ensemble des procédures internes et documents types, gère les dossiers les plus importants… Dans les banques d’affaires, il effectue principalement une mission d’expertise auprès des responsables des services opérationnels et de la direction générale.


Le Traffic Manager

LES CINQ POINTS À RETENIR IMPÉRATIVEMENT :

1.    Le Traffic Manager regroupe deux types de métier : responsable de création et gestionnaire technique des espaces et publicités sur le site web

2.    Au début considéré comme une « porte d’entrée » des métiers du web, le Traffic Manager est devenu un élément stratégique pour les entreprises qui possèdent un site internet

3.    Il est conseillé de disposer de compétences de développeur, intégrateur Html, Webmaster pour faire ce métier

4.    Ce métier nécessite de surveiller ce que font les concurrents

La maîtrise d’outils comme Excel (formules et tableaux croisés dynamiques) est indispensable

Son rôle et ses missions

Un Traffic Manager travaille en agence ou en entreprise sur la mise en place et la gestion des campagnes publicitaires on-line.

Plus en détails, il met à jour l’espace disponible en fonction des ventes réalisées par les commerciaux pour éviter d’aboutir à un espace publicitaire surchargé. En relation avec les clients, il reçoit les éléments de la campagne publicitaire comme des bandeaux, bannières et vérifie ses caractéristiques avant de les mettre sur le site (poids limite, format etc.)

Le Traffic manager a également d’autres missions comme analyser les données d’audience, transmettre les données concernant les disponibilités en espace publicitaires aux commerciaux, analyser les taux de clics et réaliser des bilans de campagne pour les éditeurs et annonceurs.

Le Traffic manager travaille avec les commerciaux pour la vente de bandeaux publicitaires, le webmaster du site et le web marketeur (pour la mise en place de promotions).

Compétences et qualités requises

Un Traffic Manager doit essentiellement avoir des qualités relationnelles aussi bien en interne avec le pôle commercial qu’en externe avec les agences et les annonceurs. Il doit également avoir un sens commercial, être rigoureux et méthodique. Une bonne culture générale est un plus.

Concernant les compétences techniques : savoir utiliser les logiciels spécialisés de workflow, Html, Javascript, Adserver et outils de réseaux.

Formation

Pour devenir Traffic Manager, il est conseillé d’avoir une formation commerciale, de posséder des compétences en marketing, en publicité et en informatique. Une expérience de Webmaster est bienvenue.

Formation conseillée :

– DUT technique de commercialisation (bac+2)

– Formation universitaire de Bac+2 (Licence) à Bac+5 (Master) avec une spécialisation en informatique, marketing ou e-commerce.

– Ecole de commerce (bac+5), soit directement après un parc général, soit après 2 ans de classes préparatoires aux grandes écoles

Rémunération

Le salaire est compris entre 22 et 45 K€ brut annuel

Débouchés

Un Traffic manager peut occuper plusieurs postes : média planner, chargé d’études média, directeur de clientèle. Il peut être employé dans de grandes entreprises spécialisées dans Internet, des agences de communication et de publicité ou bien des agences web.

Source: http://www.kelformation.com